Magazine Le Mensuel

Nº 3043 du vendredi 4 mars 2016

Semaine politique

La parodie de Hassan Nasrallah. Une «erreur» qui a failli mettre le feu aux poudres

Une vidéo diffusée par la chaîne saoudienne MBC, parodiant le secrétaire général du Hezbollah, a provoqué de vifs remous dans les milieux chiites. Dans la nuit de samedi à dimanche derniers, Beyrouth a été le théâtre de vives manifestations qui ont nécessité l’intervention de l’armée pour ramener l’ordre. Mardi soir, sayyed Hassan Nasrallah s’est employé à calmer la rue, appelant ses sympathisants à riposter aux atteintes de «manière civilisée».

C’est dans le cadre de l’émission Wi fi, diffusée samedi soir sur la chaîne saoudienne MBC, que Khaled Faraj, acteur et imitateur saoudien, a parodié sayyed Hassan Nasrallah. Quelque trois minutes, d’une prestation qui laisse à désirer, ont failli mettre le feu aux rues de Beyrouth. Cette vidéo commence avec l’apparition d’un personnage, qui n’a aucune ressemblance avec sayyed Nasrallah, vêtu de la traditionnelle abaya des dignitaires religieux, à qui on donne des liasses de feuilles, supposées être son discours. Ironiquement, il affirme qu’il ne sera pas long. Ne possédant aucun talent particulier, l’acteur imite l’accent du Sayyed, sa manière de rouler les «r», sa façon de pointer l’index. Parlant de l’indépendance de son parti vis-à-vis de l’Iran, il embrasse la main tendue d’un personnage invisible supposé représenter la République islamique.
Censée être humoristique, la vidéo n’est pas drôle. Dépourvue d’imagination, elle n’arrache même pas un sourire au spectateur. Son créateur Khaled Faraj n’en est pas à sa première vidéo satirique contre le secrétaire général du Hezbollah. Une première tentative le 8 mai 2015 n’avait pas eu de succès. Elle n’était même pas parvenue au public arabe en général et aux médias libanais en particulier. Une deuxième tentative, toujours sans succès, a suivi et voilà qu’il récidive dans l’émission Wi fi.
Au-delà de la vidéo qui, visiblement, a été faite à la va-vite, le timing de sa diffusion, alors que la relation est plus que tendue entre le Liban et l’Arabie saoudite et que le spectre d’une fitna sunnite-chiite pointe à l’horizon, ne laisse pas de doute sur les intentions de sa transmission à ce moment précis. Aussitôt diffusée par la chaîne et largement relayée par les réseaux sociaux, les partisans du Sayyed sont descendus protester dans les rues, brûler des pneus et couper les routes à Beyrouth, dans la banlieue sud, la route côtière du Sud, ainsi que celle de la région de Chtaura-Taalbaya. Le mouvement a atteint la Corniche Mazraa, Ras el-Nabeh, Cola et l’ambassade du Koweït.
Pour mettre un terme au mouvement, l’armée s’est déployée dans ces quartiers. Les protestations ont pris de l’ampleur et des convois de jeunes sur mobylettes ont défilé dans les rues de la capitale. Ils ont atteint l’ambassade saoudienne, Manara et la rue Bliss, manifestant violemment devant la maison de l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, située dans la rue même. Des manifestations ont eu lieu également dans la région de Zouk Mosbeh, au Kesrouan, devant les studios de la MBC.  
Les incidents survenus dans la nuit du samedi ne sont pas sans rappeler les événements du 7 mai 2008 et montrent, une fois de plus, l’ampleur de la tension qui existe entre les deux parties. Le timing de la diffusion, l’identité du comédien et de la chaîne entraînent plus d’une interrogation. Serait-on en train de pousser vers une fitna sunnite-chiite? Le fameux parapluie international qui protégeait le Liban serait-il en train d’être retiré? De nombreuses questions auxquelles les prochains jours apporteront certainement des réponses.

Joëlle Seif
 

Qui est Khaled Faraj?
Le comédien Khaled Faraj est le propriétaire de la chaîne Sahi qui a démarré, en 2012, sur YouTube. Cette chaîne diffuse des programmes présentés par des jeunes Saoudiens. Elle est classée 1ère parmi les chaînes les plus regardées dans le Golfe. Faraj a déjà imité deux fois par le passé le secrétaire général du Hezbollah, dans le cadre de son émission sur YouTube, Noss el-jobha. Quant à la chaîne MBC, elle a déclaré, par la voix de l’un de ses responsables, que l’atteinte portée à sayyed Hassan Nasrallah dans le cadre de l’émission Wi fi était une erreur non intentionnelle. D’ailleurs, dans un signe de bonne foi et pour calmer les esprits, MBC a retiré le fameux sketch et celui-ci n’est pas apparu dans la rediffusion de l’émission. De même, il n’existe plus sur le site chahed.net

Related

Saad Hariri à Beyrouth. Retour temporaire ou définitif?

admin@mews

Amine Maalouf à l’Académie française. Le Liban immortalisé

admin@mews

Hommage à Wissam el-Hassan. Martyr de sa mission

admin@mews

Laisser un commentaire