Magazine Le Mensuel

Nº 3058 du vendredi 17 juin 2016

  • Accueil
  • Culture
  • Livre
  • Dans l’exil de ses mots d’Elly Moukarzel Mechelany. S’évader loin de la réalité sordide
Livre

Dans l’exil de ses mots d’Elly Moukarzel Mechelany. S’évader loin de la réalité sordide

Paru aux éditions noir blanc etc…, Dans l’exil de ses mots est l’histoire d’une femme auteure, libre et rebelle, qui crée une «bulle» pour s’évader de la réalité sordide dans laquelle elle vit. Magazine a rencontré Elly Moukarzel Mechelany, auteure de ce roman dédié particulièrement aux femmes.

Rêveuse, humaine, créative, féminine, passionnée par les mots et l’écriture. Telles sont les qualités qui caractérisent l’héroïne du roman, mais également son auteure. Pour son premier roman, Elly Moukarzel Mechelany nous transmet la passion des mots. L’écriture est un moyen de s’évader, de vivre pleinement sa féminité. Pour l’auteure, les mots sont une source de rêverie et de joie. Ils font revivre les âmes mortes et répandent l’espoir dans une vie qui a perdu ses repères. «Tu es née femme. Aime-toi jusqu’au bout de tes rêves. Nul ne peut contrer tes désirs. Tu as droit à la vie qui est un don de Dieu. Fonce et assouvis ta féminitude», note l’auteure. Les mots, l’écriture sont une thérapie. Ils permettent d’échapper à la triste réalité, à la déception, à la désillusion. «Lire et écrire sont l’apanage de la femme qui mérite d’être aimée, car elle sublime l’homme qu’elle aime et le place sur le piédestal de sa vie tel le héros d’un bon roman», dit-elle. «Chaque femme rêve de son prince charmant. Elle rêve de le trouver, de l’épouser, d’être heureuse. Mais même si elle ne le trouve pas, elle ne doit, en aucun cas, oublier qu’elle est avant tout une femme qui doit vivre sa féminité et réaliser ses rêves. La femme ne doit jamais renoncer à son bonheur, à sa vie. Elle ne doit, en aucun cas, baisser les bras et se laisser aller. Etre féminine n’est pas un péché. Une femme a droit aux rêves, à l’amour, à la vie», insiste l’auteure.
Les personnages de son roman sont des pronoms. Ce sont des êtres universels. Elle, Lui, l’Autre. Une histoire qui mélange le réel et l’imaginaire. Elle et Lui. Ils passent leur temps à échanger leurs écrits. Les mots les unissent. Des mots qui la font revivre, qui sont une source de joie et de rêverie. «Leur premier échange était une suite de notes épurées, amalgamées par leur passion du mot. Elle était déjà sous son charme», écrit Mme Moukarzel Mechelany. Lui, n’est pas comme les autres ou comme «l’Autre». Du moins, le croyait-elle. Car il y a également l’Autre qu’elle avait connu, alors qu’elle était à la fleur de l’âge. Elle se sentait prisonnière, affreusement emprisonnée dans sa liberté surveillée. Elle n’avait que ses mots pour fuir. «Tout se passe à travers un rituel aquatique. Le premier bain ou baptême aidera l’héroïne à renaître, à se débarrasser de l’Autre. Le second bain est la période de quiétude où elle se sent sereine et féminine et, enfin, la période salvatrice où le bain de la pluie lui a permis de faire le deuil des hommes qui l’ont lésée», raconte, à Magazine, Elly Moukarzel Mechelany. L’idée d’écrire un roman a germé lorsque l’auteure a recollé des passages qu’elle écrivait de temps en temps, selon ses humeurs. «Pour en faire un roman, il fallait trouver une intrigue, un fil conducteur, créer une harmonie entre ces passages et en ajouter d’autres. C’était par pur plaisir au tout début», dit-elle. Un pari réussi puisqu’elle accouche d’un roman passionnant laissant voyager son imagination et sa créativité, mais également sa passion des mots. Des citations, des poèmes, des passages érotiques et sensuels s’ajoutent à son œuvre et montrent le talent certain de l’auteure, son style poétique et son véritable don de raconter.

Nada Jureidini

Bio en bref
Détentrice d’une licence d’enseignement en lettres françaises et d’un master en Sciences de l’éducation, Elly Moukarzel Mechelany a déjà, à son actif, un recueil de pensées intimes, en 2010, La valse des vents. Elle vit dans sa bulle façonnée avec ses mots et leur donne vie en les éternisant sur un papier.

Related

Philippe Claudel. «Il faut surtout respecter le lecteur»

admin@mews

Livres

admin@mews

Les califes maudits, à l’ombre des sabres

Laisser un commentaire