Magazine Le Mensuel

Nº 3076 du vendredi 7 avril 2017

  • Accueil
  • general
  • Yann Arthus-Bertrand. «Il est beaucoup trop tard pour être pessimiste»
general

Yann Arthus-Bertrand. «Il est beaucoup trop tard pour être pessimiste»

Après Human, le photographe, réalisateur et écologiste français Yann Arthus-Bertrand travaille sur son prochain documentaire, baptisé Woman. Il en parle à Magazine à l’occasion de sa venue au Liban.

Dans Human, vous posez la question du pourquoi. Avez-vous trouvé une réponse?
Je crois qu’il n’y a pas de réponses. L’être humain naît avec beaucoup d’empathie, on est tous portés par l’amour, on voit bien la générosité naturelle chez les enfants. Après, les tensions, les frustrations… voilà. Je voulais savoir cette frustration, pourquoi, comment elle arrive. On est tout le temps dans une espace de paranoïa complète. La France est le pays des droits de l’homme et en même temps le 3e vendeur d’armes au monde. On est toujours entre ces deux pôles, on a du mal à assumer nos contradictions. En même temps, dans le film, on découvre bien que la guerre rend fou, le Liban le sait, quand on tue quelqu’un, on ne sera plus jamais le même. Le vivre-ensemble était pour moi quelque chose de très important. Dans le monde très difficile dans lequel on vit, moi qui suis écologiste, je pense qu’il faut plus parler d’amour et de vivre-ensemble, que tout est lié, le problème des réfugiés, du changement climatique, des crises économiques. Vivre ensemble, regarder le monde avec moins de cynisme, moins de scepticisme et plus d’amour. C’est très naïf et très utopiste, mais ce film parle d’amour.

L’idée de votre prochain film, Woman, est-elle née lors du tournage de Human?
Tout à fait. Dans ce film sur l’humanité, où nous avons interrogé autant d’hommes que de femmes, nous avons trouvé que les femmes ont beaucoup de choses à dire, avec du bon sens, de la générosité. Elles parlent moins d’elles, sont moins autocentrées. Quand on a fait Human, on avait souvent du mal à dire aux gens de parler de la guerre, de leur vie. Mais dès qu’on commençait à parler de féminité, les femmes étaient mues par une envie de communiquer, d’expliquer ce que c’est que d’être une femme.

Votre venue au Liban vise-t-elle aussi à rencontrer des femmes dans ce cadre-là?
J’aimerais bien. Le Liban est un pays très intéressant, il y a énormément de cultures, de religions différentes. Une espèce de fourmilière d’idées et de gens intéressants. Le Liban a toujours été un endroit passionnant pour écouter les gens.

Face à la dégradation de la planète, l’individu se retrouve souvent démuni, que peut-il encore faire à une échelle individuelle?
Aujourd’hui, la catastrophe c’est notre façon de vivre basée sur une croissance sans limite qui nous oblige à consommer. C’est ce système-là qui est en train de détruire la planète, la pollution entre autre, l’épuisement des ressources. Il faudrait qu’on apprenne à vivre mieux avec moins. Aujourd’hui je sais très bien qu’on n’arrivera pas à changer ce système, que toutes les COP 21, 22 ne servent pas à grand-chose, puisque le rêve de tout gouvernement est la croissance qui nuit à l’environnement. J’ai passé des années à photographier la glace qui fond au Pôle nord, la déforestation, mais j’ai l’impression que ça ne sert à rien de continuer sur la même lancée, parce qu’on ne sait pas comment vivre autrement. La décroissance, personne n’en veut, on a tous envie de confort. Quand on habite dans un pays où il n’y a pas d’éducation, de démocratie… et qu’on sait par Internet comment on vit ailleurs, on n’a pas d’autre solution que de partir. Cet énorme flux migratoire dans les pays riches est le grand évènement de notre siècle. Il est beaucoup trop tard pour être pessimiste, ce qu’il faut, c’est de l’action. On n’est pas démuni. Tous les petits gestes quotidiens qu’on peut faire pour aider les uns et les autres, réfléchir à sa façon de vivre, être un acteur du monde de demain, tous ces gestes vont, non pas sauver la planète, mais amortir ce qui va arriver.

Woman peut-il être vu comme un de ces actes ?
Il y a des chiffres très forts sur le rôle des femmes. Les pays où il y a une grande parité entre les hommes et les femmes sont les pays où l’indice du bonheur est le plus fort. L’éducation chez les femmes est primordiale, elles dépensent 70 à 90% de leur revenu pour leur famille, les hommes entre 30 et 40%. Dans le monde de demain, extrêmement difficile, où tout le monde est perdu, je crois qu’on aura besoin de bon sens. Les femmes portent en elles des qualités que nous les hommes, nous n’avons pas, et dont on aura besoin demain pour amortir ce qui est en train d’arriver.

La Terre vue du ciel, un projet personnel qui a pris une telle envergure qu’il vous a dépassé?
Bien sûr que ça nous a dépassé, tout comme Human, car ça parle de spiritualité. C’est un projet qui a complètement changé ma vie. Quand on est comme moi, curieux, journaliste, on photographie pour essayer de comprendre. Ce qui m’a intéressé aussi peut-être, ce sont les ONG, tous ces gens qui, dans le monde, ont décidé de se remonter les manches, d’aider les autres. L’homme est une espèce qui essaie d’améliorer autour de lui, de vivre mieux. Il y a certaines personnes pour qui vivre mieux passe par aimer plus, partager plus, comprendre qu’agir rend heureux, que le bonheur est dans le fait d’aider, d’aimer les autres.

Alors, êtes-vous heureux?
J’aimerais bien (rires). Quelqu’un m’a dit un jour que c’est bien d’être heureux, mais ce qui est plus important c’est le bien, et pas forcément d’être bien. Le bonheur et le bien, deux choses différentes qui se recoupent un peu. Le bien peut être plus fort, je ne suis pas croyant du tout, mais ça rejoint la religion.

Nayla Rached

Photos: ©HUMAN/FONDATION GOODPLANET.

 

Related

Alain Marsaud, député des Français de l’étranger. Le conflit syrien se déplace vers le Liban

admin@mews

La chasse aux épouses des jihadistes est ouverte. Négociations au prix du sang

admin@mews

Pétrole et gaz. Une stratégie fiscale taillée sur mesure

admin@mews

Laisser un commentaire