Magazine Le Mensuel

Nº 3083 du vendredi 3 novembre 2017

Restauration et hôtellerie

News restauration

Cuisine chinoise américanisée
«La gastronomie chinoise au Liban est quelque peu américanisée et ressemble à un fast-food». C’est ce qu’a déclaré Ralph Nader, président d’Amber à Magazine. La vraie gastronomie chinoise est difficile à concocter à l’étranger, ses ingrédients sont spécifiques et doivent être importés. Comme pour les restaurants de cuisine libanaise à l’étranger, il faut faire venir un chef pour les mezzés, un pour le chawarma etc. Pour réussir son projet, cela nécessite le recrutement d’une équipe de chefs cuisiniers chinois. Les expériences passées au Liban comme le restaurant Tse Yang se sont avérées non rentables.

Deux maisons d’hôtes
Elie Gebrayel, actionnaire majoritaire du groupe Erga, un bureau de génie civil, a inauguré récemment deux maisons d’hôtes à Ghalboun, dans le caza de Jbeil. Il s’agit de deux anciennes demeures rénovées, l’une d’une surface de 330 m2 dotée de 5 chambres, et l’autre de 210 m2 comprenant quatre chambres.    

 

 

 

 

 

Em Georges
«Les personnes bien rassasiées sont des gens heureux». C’est ce que dit le dicton de chez nous: «Baten malen kef tamem». Tel est le slogan du restaurant Em Georges. Dans la tendance des nouvelles enseignes de restauration, Em Georges veut servir des plats dans une approche «fait maison», cuisiner n’étant pas le fait d’associer des ingrédients.

Un vin d’appellation d’origine libanaise
Pourquoi le vin libanais qui a entamé un beau parcours à l’international ne saurait-il avoir une personnalité qui lui est propre? La question se pose depuis dix ans. Tous les vins ne devraient pas avoir le même goût, par conséquent, l’origine du vin libanais devrait être certifiée et repérable lors de sa dégustation, comme c’est le cas pour les vins étrangers. Parmi les éléments à prendre en considération, le choix des grappes de raisins, les techniques de fermentation et le cépage.     

 


Mérite-t-il ce prix?
Le prix seuil d’un verre d’alcool servi sur le roof top d’un des prestigieux hôtels de Beyrouth est de 37 000 L.L.. Ce prix augmente selon les ingrédients du cocktail alcoolisé commandé.

Mayline cible les hommes d’affaires
Situé sur le boulevard Sin el-Fil et servant les districts de Jdeidé et Achrafié, le restaurant Mayline cible les forces actives de cette région. Le ticket moyen du sandwich est à 10 000 L.L.; la salade 12 500 L.L. et le plat du jour 16 000 L.L. Doté d’une terrasse permettant aux employés de faire une pause à proximité de leurs bureaux, le restaurant appartient à Nay et Ralph Rahmé, qui l’ont baptisé du nom de leur future fille.

 

 


3
DIMA SAL, distributeur exclusif de Nespresso au Liban, dont le propriétaire et directeur est Jean Zoghzoghi, s’est doté d’un troisième point de vente à ABC Verdun. Cette boutique alimente le réseau de distribution qui compte deux autres à ABC Dbayé et ABC Achrafié. Les capsules Nespresso sont disponibles au Liban depuis 2000.

Liliane Mokbel

Related

Bouzet Jeddo d’une génération à l’autre

admin@mews

Beyt Mar Mikhaël, Beyt Amir et Beyt el-Jabal

News restauration

admin@mews

Laisser un commentaire