Magazine Le Mensuel

Nº 3095 du vendredi 2 novembre 2018

  • Accueil
  • general
  • Consommation Inc., de Gisèle Kayata Eid. «Le fait d’avoir plus d’argent ne rend pas plus heureux»
general Livre

Consommation Inc., de Gisèle Kayata Eid. «Le fait d’avoir plus d’argent ne rend pas plus heureux»

Gisèle Kayata Eid vient de lancer aux éditions Fides le livre Consommation Inc. qui aborde les dérives de la consommation, devenue un fait incontournable dans nos vies. Elle y expose l’envers du décor.
 

Gisèle Kayata Eid tire la sonnette d’alarme: «Réveillez-vous, regardez autour de vous». «C’est aussi simple que cela, mais c’est à la fois aussi sournois, parce que «la consommation est tellement forte, prenante dans notre vie, qu’elle est devenue comme une entreprise, une multinationale excessivement puissante», affirme-t-elle.
Journaliste de profession, ce sujet la préoccupe depuis longtemps, en fine observatrice du monde et de ses manières d’être et d’avoir. S’exprimant régulièrement dans des chroniques rebelles, il y a environ trois ans, elle débute une chronique hebdomadaire intitulée Consommation Inc. sur le site de l’Agenda culturel, aux alentours de Noël, noyés que nous étions, durant des semaines, par la quantité de futilités commerciales qui entourent cette fête. Les sujets lui viennent sans aucune difficulté, racontant à chaque fois une histoire, un pan de vie, une situation, une envie. Au bout d’un an et demi, extrêmement étonnée, elle se rend compte, par les réactions de son entourage, que ce qui est évident pour elle ne l’est pas pour les autres. L’idée du livre s’impose, non seulement pour rassembler ces chroniques mais pour les expliquer, pour «aller plus loin dans ce cycle qui nous rend malheureux».

Dépourvu d’humanité
Divisé en deux parties, une partie explicative, basée sur une multitude de recherches, rédigée de manière générale et simple d’accès, et renvoyant pour chaque idée à la chronique qui l’illustre, tandis que 68 chroniques composent la 2e partie. Par son approche, par son style, «le livre a un impact de proximité, affirme Gisèle Kayata Eid, car il parle de choses qui nous concernent tous et dans toutes les facettes de notre vie».
Consommation Inc. introduit progressivement le lecteur dans un univers qu’il dénonce. Le monde de la consommation, «un mode de vie, une finalité, une ambition, une occupation, une préoccupation». Notre vie-même, le but de notre vie, une vie de plus en plus dépourvue de valeurs, de chaleur, de sens, d’humanité. Une vie qui se compte en objets et services accumulés, au prix fort, aux dépens de notre temps, de notre énergie, de nos relations amicales et familiales, de notre bonheur, aux dépens de la terre, de la nature que nous saccageons. «Cette consommation nous a dépourvus de nos intérêts, de nos valeurs et même de notre humanité. Nous sommes dans une étuve, une bouilloire, et les Etats ne réagissent pas. On finit par ne plus être ce que nous sommes censés être», affirme Gisèle Kayata Eid, qui s’exclame aussitôt révoltée: «Mais savez-vous où vous allez?»
Justement, Consommation Inc. se présente comme une conscience qui éveille, qui secoue, en évitant les pièges de la nostalgie et du ton moralisateur. Le livre ne propose pas de solutions, mais d’observer et peut-être de pousser le lecteur à repenser son comportement de consommateur, à une échelle individuelle, inconscient de tous ces petits détails de la vie qu’il accomplit de manière systématique, naturelle. «Si on sent qu’on résiste à ce rouleau-compresseur, c’est déjà bien par rapport à sa propre survie». Le changement commence par soi, par préférer par exemple le café d’une petite échoppe que celui d’une multinationale. On ne sortira pas indemne de cet ouvrage.

Le lancement de l’ouvrage aura lieu lors du Salon du livre francophone de Beyrouth, accompagné d’un débat, le 8 novembre, à 19h.

Nayla Rached

Related

Autobronzants, solarium…Hâler la peau sans danger?

admin@mews

L’ESA à l’abordage. Lancement du Certificate in Shipping & Logistics

admin@mews

Hélène Conway-Mouret. «Il faut renforcer la sécurité préventive pour les Français de l’étranger»

admin@mews

Laisser un commentaire