Magazine Le Mensuel

Nº 3103 du vendredi 5 juillet 2019

Start up

In the loop. Des objets utiles et upcyclés

Cette jeune entreprise souhaite faire changer les consciences en rendant la question environnementale lisible et ludique via la fabrication d’accessoires.

Si l’importance du recyclage est un fait inéluctable, on a souvent tendance à oublier que le coût de cette pratique est très élevé et que sa mise en œuvre est compliquée, chaque variété de matériau nécessitant un traitement spécifique. Considérer le tri sélectif comme la première étape pour devenir un éco-citoyen est ancré dans nos mentalités alors qu’il devrait être appréhendé comme la dernière issue. La société de consommation dans laquelle nous vivons nous a éloignés depuis toutes ces années de pratiques simples et essentielles comme par exemple la réparation d’objets usés ou cassés. Inscrit dans cette veine, l’upcycling (le «surcyclage» en français) consiste à transformer tout objet devenu inutilisable ou dont nous n’avons plus le besoin.

Des objets porteurs d’un engagement
Redonner vie aux matériaux prédestinés à être jetés, voici la mission de In the loop, une start-up lancée il y a moins d’un an par Jean-Claude Boulos qui gère la partie marketing-communication et Bachir Asmar qui s’occupe de la partie design-conception. Leur projet bien rodé fait davantage que fabriquer des accessoires en matières réutilisées, il délivre des pièces uniques, engagées et surtout utiles, qu’on ne laisserait pas mourir dans un coin de notre maison. Loin d’être des achats de bonne conscience pour le consommateur, leurs boucles d’oreilles, leurs colliers, leurs bracelets, leurs pochettes, leurs porte-clés ou encore leurs lampes de chevet, faits de journaux, de magazines, de cartons, de cassettes ou encore de textiles, initient un message pour défendre une planète commune. Une façon de penser qui s’applique jusque dans les prix de vente puisqu’ils combattent l’idée qu’être écolo coûte plus cher. Les deux compères souhaitent ainsi concurrencer tout un marché bas de gamme d’objets plastiques dont la fabrication est un désastre écologique.

Créer une communauté, rassembler
C’est pour cette raison qu’en parallèle, les deux hommes organisent régulièrement des workshops et des expositions où ils présentent tous les enjeux d’une pratique encore très marginale. Avec au cœur de leur engagement, la promotion de l’économie circulaire – comme le nom de leur marque l’indique –, ils expliquent l’importance de gestes simples à adopter au quotidien et font comprendre que le mariage des forces individuelles de chacun peut avoir un réel impact à une plus large échelle. Ce message est leur cheval de bataille. Ils consacrent beaucoup d’énergie à la faveur de la transmission de valeurs, notamment auprès des plus jeunes, persuadés qu’ils sont la clé d’un changement radical. Hommes de convictions et d’actions, ils croient en la complémentarité et en l’importance de l’entraide entre toutes les initiatives en faveur de l’environnement. C’est pour cette raison qu’ils travaillent main dans la main avec tout groupe et tout individu qui souhaite s’investir dans la cause environnementale. Dans un futur proche, Jean-Claude Boulos et Bachir Asmar souhaitent collaborer avec les ONG pour pouvoir accroître leurs productions et enrichir leur démarche d’une dimension sociale.

Facebook: In the loop https://www.facebook.com/intheloop.bey/?epa=SEARCH_BOX
Instagram: @intheloop.bey https://www.instagram.com/intheloop.bey/

 

Noémie de Bellaigue

Related

Hasan Jabbarov. Un Azerbaïdjanais à Beyrouth

admin@mews

MAD fait décoller les artistes émergents sur le Net

admin@mews

Refugogo. Aider les réfugiés à reconstruire

admin@mews

Laisser un commentaire