Magazine Le Mensuel

Nº 3084 du vendredi 1er décembre 2017

Restauration et hôtellerie

News restauration

Forn al-lobnani pains traditionnels
A la rue Salim Bustros à Achrafié, une enceinte et trois portes noires en fer ne passent pas inaperçues pour les automobilistes coincés dans un bouchon à ce niveau. Comme son enseigne l’indique, la boulangerie ne propose que des produits élaborés avec la pâte utilisée pour la fabrication du pain libanais. Fondée par Samer et Sami Chamoun de Deir el-Kamar,
Forn al-lobnani installera début 2018 une branche à Clémenceau. Parmi les projets d’avenir: des branches en Arabie saoudite et à Londres.

15500
La 2ème édition du Festival des restaurants de Beyrouth a attiré plus de 15 500 visiteurs. Y ont participé environ 70 restaurants et bars aux différents concepts.   

Spinney’s fête ses 69 ans
Fondé le 1er octobre 1948, Spinney’s a fêté cette année ses 69 ans d’existence. L’hypermarché a été introduit pour la première fois sur le marché local en 1961, avec une unique branche installée à Jnah. Il a dû fermer ses portes avec le début de la guerre civile. Spinney’s Jnah avait longtemps été pris comme point de repère dans la région.
 

 

 

 

Radisson Blu élargit son portefeuille
Depuis le 1er décembre, la gestion de l’hôtel Dunes à Verdun a été cédée à Radisson Blu après avoir été longtemps opérée par Holiday Inn. L’établissement s’affiche désormais sous l’enseigne Radisson Blu Hotel Beyrouth. La chaîne compte dans son portefeuille également Blu Martinez, à Aïn el-Mreissé.   

Nourriture: Halte au gaspillage
Chaque année, 30% de la nourriture produite dans le monde est gaspillée. Les objectifs fixés par les organisations internationales sont de réduire de moitié ces pertes d’ici 2030. Convaincu du principe de la gestion des surplus alimentaires, Spinney’s Liban fournit à l’ONG ACT entre 100 et 120 kg de fruits et légumes et 5 à 10 kg de produits boulangers par jour, afin de les distribuer à des associations caritatives.

 

La cuisine libanaise cartonne
La cuisine libanaise cartonne, selon un spécialiste de la gastronomie, qui ajoute qu’il y a des restaurants de cette catégorie pour tous les types de revenus. Beaucoup d’enseignes jouent sur des offres de produits organiques et de plats faits maison. Il faut souligner que le ticket moyen dans les restaurants libanais est dans son ensemble moins cher que celui de la cuisine internationale. La clientèle est présente en masse. En plus des Libanais,  «les touristes hors saisonniers», comme les Irakiens et les Syriens, établis dans le pays pour le moment, ont un pouvoir d’achat important.

Liliane Mokbel

Related

News restauration

admin@mews

News restauration

admin@mews

News restauration

admin@mews

Laisser un commentaire