L'Hebdo Magazine Liban Actualité Politique Economie Reportage Confidences Lebanon News
<
 
 
 
Bannière
 
 
 

Liban. Les établissements vinicoles passent de 5 à 40 en 22 ans

L’industrie du vin au Liban a de beaux jours devant elle. Les chiffres sont plus éloquents que les mots pour le montrer. Depuis la fin de la guerre, les établissements vinicoles ont progressé à un…

Santé. La tuberculose en recrudescence

La Société libanaise de pneumologie a récemment organisé son congrès médical annuel sur les maladies pulmonaires. Le congrès a regroupé, cette année, les sociétés de pneumologie nationales et bilatérales des pays francophones. La présidente du…

L’EI frappe sur trois continents. Le Liban n’est pas à l’abri

Vendredi 26 juin, trois attaques frappaient presque simultanément la France, la Tunisie et le Koweït. Ces deux dernières opérations, revendiquées par l’Etat islamique, illustrent la double stratégie de l’organisation terroriste, qui a recours à des…

Samir Frangié, président du CN du 14 mars. «Au Liban, ni vainqueur ni vaincu»

Samir Frangié est élu président du Conseil national du mouvement du 14 mars. Dans une rencontre avec Magazine, il parle de ce conseil et de ses principaux objectifs.   Peut-on parler d’une intifada au sein…

Mohammad Choucair, président de la CCIA. «Je crains pour la crédibilité de Michel Aoun»

Des acteurs du milieu syndical et économique se sont réunis au Biel et ont lancé une pétition sous le slogan «Alarme du 25 juin, arrêtons le suicide collectif». Ils dénoncent la paralysie politique qui, selon…

Rifi vs Machnouk. Unité de façade sous l’égide de Hariri

Même si le ministre de la Justice Achraf Rifi a accusé le Hezbollah d’être derrière la publication des films sur la torture à Roumieh, le conflit entre lui et le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk,…

Les murales de Montréal… étonnantes

Le troisième festival montréalais d’art urbain a envahi les façades (et bien plus) ce printemps encore. Une cinquantaine de murales de part et d’autre du Boulevard Saint-Laurent ont animé la célèbre artère très branchée. Au…

A Washington DC. La bibliothèque du Congrèsse met à l’heure de Tyr

Elle frappe fort! L’Association internationale pour la sauvegarde de Tyr (AIST) a organisé, durant plusieurs jours, des conférences à la bibliothèque du Congrès américain. Tout est fait pour attirer l’attention et mobiliser la communauté internationale…

Etre berger. Un gagne-pain en voie de disparition

Ingrat, fatigant, assurant des revenus très modestes, le métier de berger se fait très rare. Pourtant, quelques derniers mohicans continuent calmement à faire paître leurs troupeaux dans les prés verts de nos montagnes. Nous sommes…

La French. La mafia marseillaise des 70’s

Réalisé par Cédric Jimenez, La French met en tête d’affiche, face à face, Jean Dujardin et Gilles Lellouche. Un magistrat déterminé et un mafieux intouchable sur fond de trafic de tous genres. Divertissement garanti. Les…

POLITIQUE

Saudi cables. Le silence embarrassé des politiques libanais

Saudi cables. Le silence embarrassé des politiques libanais

La publication des dépêches du fameux site WikiLeaks ne cesse de créer des remous sur la scène locale libanaise et chaque jour apporte avec lui un nouveau lot d’informations. Les…

ACTUALITÉS

 UKLTH. 45 start-up libanaises à Londres

UKLTH. 45 start-up libanaises à Londres

La Grande-Bretagne a rejoint le momentum des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) initié par la Banque du Liban, en lançant le projet UK-Lebanon Tech Hub (UKLTH).…

ÉCONOMIE

«Arrêtons le suicide collectif». L’appel du 25 juin, un nouvel élan

«Arrêtons le suicide collectif». L’appel du 25 juin, un nouvel élan

Imaginons la France, les Etats-Unis, l’Allemagne sans président depuis 13 mois! Certes, comparaison n’est pas raison, mais au Liban, le blocage institutionnel entrave l’activité économique du…

Événement

Zaven Kouyoumdjian raconte la télévision. D’histoires, de mémoire et d’Histoire

Zaven Kouyoumdjian raconte la télévision. D’histoires, de mémoire et d’Histoire

Après Lebanon shot twice, Zaven Kouyoumdjian a récemment publié, aux éditions Hachette/Antoine, l’ouvrage Assaada llahou Massa’akoum - Cent moments qui ont créé la télévision au Liban. Au fil de l’entretien…

 

Éditorial
Un peu de sérieux, bon sang!

Dans les années 30 du siècle dernier, un certain nombre d’hommes politiques et d’intellectuels mettaient en garde contre les conséquences de la montée du nazisme en Allemagne. Ils voyaient dans cette idéologie un danger pour la paix et la stabilité en Europe et une menace pour l’Humanité. Mais les principaux dirigeants occidentaux ont ignoré ces «lanceurs d’alerte» de l’époque, estimant que l’urgence était de faire face à l’Union soviétique.Joseph Staline réfléchissait de la même façon. Dans son échelle des dangers prioritaires, «l’Occident capitaliste» passait devant le national-socialisme naissant. Dans cette optique, les ministres allemand et russe des Affaires étrangères, Joachim Von Ribbentrop et Viatcheslav Molotov, ont signé, à Moscou, quelques semaines seulement avant le début de la Deuxième Guerre mondiale, le fameux pacte de non-agression. Les Occidentaux et Staline pensaient, à tort, pouvoir instrumentaliser Hitler dans leur bras de fer. On connaît la suite de la tragédie. Le fait d’avoir sous-estimé le danger, représenté par l’idéologie nazie, a plongé la planète dans la plus terrible guerre de l’histoire, qui a fauché 60 millions de vies.C’est un peu le même scénario qui est en train de se reproduire aujourd’hui. Les dirigeants occidentaux ont tardé à reconnaître le danger que constitue pour l’Humanité le groupe Etat islamique. Ils continuent de sous-estimer sa force et ses capacités de nuisance et se fourvoient sur ses véritables objectifs. Certaines puissances, grandes et moyennes, se croient assez subtiles pour pouvoir mettre Daech au service de leurs stratégies. C’est le cas de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui durcit ses positions contre l’organisation terroriste lorsqu’elle ose se rapprocher du Kurdistan irakien, mais fait preuve de laxisme quand elle attaque Ramadi ou Palmyre. La Turquie aussi se livre au même jeu. Elle n’hésite pas à accorder des facilités logistiques à Daech pour stopper la progression des Kurdes dans le nord de la Syrie, et ferme les yeux sur la contrebande de pétrole, via son territoire, qui constitue une des principales sources de financement de l’Etat islamique.Daech n’est plus cette branche locale d’al-Qaïda en Irak, isolée dans le désert d’al-Anbar. Elle est devenue un Etat, qui contrôle la moitié de la Syrie et le tiers de l’Irak, soit un territoire de 300000 kilomètres carrés. Elle dispose, selon les estimations les plus modestes, d’une armée de 50000 hommes en Syrie et deux fois plus en Irak. Elle a saisi, lors de la prise de Mossoul, en juin 2014, 2000 véhicules militaires, dont des dizaines de chars, abandonnés par l’armée irakienne. Elle s’est aussi emparée d’un immense butin de guerre lors de la prise de Ramadi. D’importantes branches d’al-Qaïda dans le monde ont prêté allégeance au «calife» Ibrahim el-Samurraï: au Nigeria, au Sahel, en Algérie, en Libye, dans la péninsule arabique et dans le Caucase. Le monde a découvert avec surprise, mercredi 1er juillet, les grandes capacités militaires de la banche de l’EI dans le Sinaï.Face à ce monstre, l’Occident n’a rien fait, ou pas assez en tout cas. D’abord, il se perd dans les subtilités sémantiques, dans le but de faire la distinction entre «les méchants très méchants» et les «méchants moins méchants», c’est-à-dire Daech et le Front al-Nosra. Cette dernière organisation est la branche officielle d’al-Qaïda en Syrie, elle a été fondée sur ordre d’Abou Bakr el-Baghdadi par l’un de ses lieutenants, Abou Mohammad el-Joulani. Ce n’est pas parce que ce dernier s’est retourné contre son maître pour prêter allégeance à Ayman el-Zawahiri qu’il en devient plus fréquentable. Les tentatives de lui acheter une respectabilité sont honteuses et dénotent le manque de sérieux de certains pays occidentaux ou régionaux dans la lutte contre le phénomène terroriste. Parmi ces pays figure Israël, qui a soigné dans ses hôpitaux quelque 1500 extrémistes syriens, dont des membres d’al-Nosra.Avec douze ans de retard sur George W. Bush, Manuel Valls a parlé d’une «guerre de civilisation». Il s’agit en fait d’une guerre entre l’humanité et la barbarie. Il est temps de choisir son camp. Paul Khalifeh


 Paul Khalifeh
   
 
 
 
Bannière
 
 
Bannière
 
 
Bannière
 

Santé

Cancer du côlon. Un nouveau test de dépistage
Plus performant, plus fiable et plus simple, le nouveau test de dépistage du cancer colorectal repose sur la détection de…

 
Bannière