L'Hebdo Magazine Liban Actualité Politique Economie Reportage Confidences Lebanon News
paid
MAGAZINE
Edition Digitale
 
 
 
Bannière
 
 
 

Rand Ghayad. L’économiste libanais chéri de l’Amérique

Ses théories et ses écrits prennent une importance mondiale. Rand Ghayad est, en quelque sorte, le nouveau Adam Smith ou Joseph Stiglitz du Liban. Depuis son arrivée aux Etats-Unis, ce jeune homme originaire du Liban-Sud…

Hagop Pakradounian, député et secrétaire général du Tachnag. «Pourquoi pas de consensus autour d’un président fort?»

Député du Tachnag, membre du Bloc du Changement et de la Réforme, Hagop Pakradounian est élu récemment secrétaire général du parti Tachnag. Les derniers développements sur la scène locale, les différents dialogues interlibanais, la question…

Mohammad Machnouk, ministre de l’Environnement. «En bloquant le gouvernement, certains se cherchent un rôle»

Après la vacance à la tête de l’Etat, le Conseil des ministres est en voie d’être paralysé à son tour. Le ras-le-bol exprimé par le chef du gouvernement Tammam Salam tire la sonnette d’alarme. Le…

Entre Aoun et Hariri. Plus que du pain et du sel

Alors que la situation locale et régionale ne cesse de se compliquer, la seule bonne nouvelle est venue de la rencontre entre le général Michel Aoun et le chef du Courant du futur, Saad Hariri.…

Césars 2015. Timbuktu triomphe

La 40e cérémonie des Césars, la nuit du 20 février, a marqué le sacre du film Timbuktu, de Abdelrahman Sissako. Un palmarès qu’il partage avec Les Combattants, au cours d’une soirée qui s’est étalée en…

Stress hydrique. Pourquoi ne pas exploiter les résurgences d’eau douce?

Le stress hydrique est élevé au Liban, pourtant surnommé le château d’eau du Proche-Orient. Les Libanais consacrent jusqu’à 15% de leurs revenus à l’achat d’eau (camions-citernes, puits et bouteilles), un taux beaucoup plus important que…

Le Pr Khalil Honein, gastroentérologue. L’intoxication alimentaire, fréquente et sérieuse

La consommation d’aliments contaminés par des bactéries ou des virus rend malade. Certains s’en remettent rapidement, d’autres, en revanche, en subissent des conséquences sérieuses. Quand faut-il consulter et quelles sont les précautions à prendre? Le…

Comment trouver quelqu’un comme toi, Ali? La désacralisation du «martyr»

Les planches du théâtre Babel à Hamra accueillent, depuis le 19 février, la pièce Comment trouver quelqu’un comme toi, Ali?, écrite et interprétée par Raëda Taha et mise en scène par Lina Abyad. Entre l’intime…

Campagne nationale contre la résistance bactérienne. Gare à l’abus d’antibiotiques!

Le ministère libanais de la Santé publique a lancé sa campagne de sensibilisation contre l’utilisation abusive des antibiotiques, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et la Société libanaise des maladies transmissibles (LSD). La…

Colin Clarke, chercheur américain. Voilà comment l’EI et al-Qaïda se financent

Les Nations unies ont récemment adopté une nouvelle résolution visant à renforcer les restrictions sur le financement du terrorisme. Dans quelle mesure le financement d’al-Qaïda se distingue-t-il de celui de l’Etat islamique? Comment combattre ce…

POLITIQUE

Dialogue CPL-FL. Aoun est le problème et la solution

Dialogue CPL-FL. Aoun est le problème et la solution

Le dialogue ouvert entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre avance lentement, mais sur des bases qui semblent solides. Les milieux politiques et diplomatiques le suivent avec beaucoup…

ACTUALITÉS

Offensives du régime, incursion turque. Mouvements stratégiques en Syrie

Offensives du régime, incursion turque. Mouvements stratégiques en Syrie

Offensive du régime à Alep, mouvements accrus sur le Golan et le week-end dernier incursion terrestre turque… Le front syrien semble se réveiller tant au Nord, qu’au Sud ou encore…

Dossier

Objectif: développement durable. Un business éthique et engagé

Objectif: développement durable. Un business éthique et engagé

La Responsabilité sociale des entreprises gagne du terrain, y compris au Liban. Les entreprises, quel que soit leur secteur, ont en effet tout à y gagner, qu’il s’agisse d’image, mais…

Événement

Oscars 2015. Le 7e art entre rire et émotion

Oscars 2015. Le 7e art entre rire et émotion

Tant attendue depuis le début de l’année, la 87e cérémonie des Oscars a enfin eu lieu dimanche soir, le 22 février. Retour sur le palmarès et les moments forts de…

 

Éditorial
La République décapitée

Menacés par un terrorisme, aussi terrifiant que galopant, qui effraie le monde et n’épargne pas le Liban, les Libanais ne vivent plus que dans l’angoisse de leur quotidien avant même de penser à leur avenir, dont les voyants extralucides de la République brossent un sombre tableau. Même si nous ne voulons pas y croire, il est difficile de conseiller à la jeune génération de ne pas chercher à y échapper en se garantissant, à son corps défendant, un ailleurs qu’elle imagine meilleur. A ce présent, aujourd’hui sans horizon, se greffe l’image d’un pays qui, pour le moment, ressemble à une République bananière qui irait à vau-l’eau. Une présidence dont la vacance déboussole la République «démocratique» telle que la souhaitent les Libanais. Entre-temps, les appels lancés, de l’intérieur et de l’étranger, aux leaders maronites les plus concernés, mais pas qu’à eux seuls, d’apporter une solution, ne sont que des voix qui crient dans le désert. De toute évidence, le choix n’est plus de leur ressort - s’il l’a jamais été - mais de celui des forces étrangères influentes de l’heure sur la scène nationale. Chacun se souvient des différentes échéances, des problèmes qui ont accompagné chacune d’elles et des interventions, pour ne pas dire des ingérences étrangères appelées à la rescousse par nos dirigeants eux-mêmes. Le Parlement n’offre pas une meilleure image. Les représentants du peuple qui, pour la plupart, une fois installés sous la coupole de la Place de l’Etoile, en oublient leur véritable mission, comme ils ignorent ceux à qui ils doivent d’avoir pu y accéder. Aujourd’hui plus que jamais, le Parlement qui ne s’était réuni que pour renouveler son mandat, s’est inscrit aux abonnés absents à toutes les séances supposées destinées à l’élection d’un chef d’Etat. Pour compléter ce triste tableau, le gouvernement perd pied et s’embourbe dans des conflits internes qui l’empêchent de remplir sa mission, suspendue depuis plus de deux semaines. Même si le Premier ministre se démène en consultations tous azimuts. L’adage ne dit-il pas que le vide appelle le vide? Celui-ci s’est installé à tous les niveaux de la République. La difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, de nommer des remplaçants à ceux touchés par l’âge de la retraite, paralyse toutes les administrations. Le corps diplomatique n’échappe pas à la règle et nombre de nos chancelleries à l’étranger, notamment dans les grandes capitales, sont privées d’ambassadeurs. Dans ce triste tableau s’est intégrée la révélation des scandales, des fraudes et des corruptions qui touchent à la vie quotidienne des citoyens lambda. S’il est vrai que ces derniers n’ignoraient pas, ou pour le moins devinaient, les magouilles dont ils sont victimes, ils n’en avaient pas encore pris l’ampleur que les dénonciations du ministre de la Santé leur ont donnée. Depuis la formation de l’équipe ministérielle, et alors que dans les hautes sphères il n’est question que du présumé locataire du palais de Baabda, un palais que lorgne tout «chef maronite», et qui occupe la majeure partie de l’information dans les médias, les Libanais s’intéressent de plus en plus, et en priorité, à tout ce qui touche à leur santé et à leur bien-être. Ils suivent avec beaucoup d’intérêt les communiqués du ministère de la Santé et s’inquiètent des fournisseurs auxquels ils ne doivent pas se fier. Du laitage aux poissons, en passant par la viande et divers autres aliments, tout les inquiète. Peut-on en vouloir au ministre compétent d’ouvrir un dossier aussi délicat, même si cela peut porter préjudice à certaines entreprises douteuses? Si les mesures prises aujourd’hui ne sont pas jetées demain aux orties, et si la campagne lancée se poursuit au même rythme, elle finirait par offrir aux résidants comme aux touristes potentiels, si tant est qu’ils viennent, la certitude d’une vie moins polluée. La phrase la plus entendue, depuis le lancement de la campagne du mieux-être, que nous répétons à notre tour: pourvu que ça dure. Mais pourvu aussi que la vacance au niveau des services publics ne dure pas autant.


 Mouna Béchara
   
 
 
 
Bannière
 
 
Bannière
 
 
Bannière
 

Santé

Le Pr Khalil Honein, gastroentérologue. L’intoxication alimentaire, fréquente et sérieuse
La consommation d’aliments contaminés par des bactéries ou des virus rend malade. Certains s’en remettent rapidement, d’autres, en revanche, en…

 
Bannière