L'Hebdo Magazine Liban Actualité Politique Economie Reportage Confidences Lebanon News
paid
MAGAZINE
Sur Votre Mobile
 
 
 
Bannière
 
 
 

Mesures préventives contre Ebola. Comment éviter la propagation au Liban

Pour combattre efficacement le virus Ebola et réduire le risque de sa propagation, des mesures préventives s’imposent. Comment éviter d’être contaminé par ce virus mortel et quelles sont les mesures de prévention envisagées par le…

La vieille ville de Tripoli. Un doux cliché au cachet authentique

Le week-end dernier, la vieille ville historique de Tripoli faisait les gros titres de la presse locale et internationale après les violents affrontements entre l’Armée libanaise et les extrémistes islamistes. Les vieux souks, véritable trésor…

Le cheikh Mohammad Nokari, juge chérié. «Le Liban va payer un lourd tribut»

Les incidents sécuritaires qui ont frappé le Liban-Nord ont souvent été interprétés à travers le prisme étroit de la religion. Magazine a rencontré le cheikh Mohammad Nokari, juge chérié et professeur à l’Université Saint-Joseph.  …

Timor Goksel, ancien porte-parole de la Finul. «Les incidents resteront confinés à certaines régions»

La semaine passée a été marquée par de violents combats entre l’Armée libanaise et des centaines de miliciens affiliés aux mouvances radicales syriennes dont le Front al-Nosra, la branche d’al-Qaïda en Syrie, et l’Etat islamique…

Entre l’anarchie libanaise et la dislocation syrienne de Charles Rizk. «Il est plus aisé de traiter avec l’Iran lointain qu’avec la Syrie proche»

Ancien ministre de la Justice, du Tourisme et de l’Information, docteur en droit de l’Université de Paris, diplômé en Sciences Po et licencié ès-lettres, Charles Rizk considère que vu l’influence de l’Iran, il serait plus…

David Hury signe The Beirut Book. La ville, en mots et en images

Dans le cadre du Salon du livre, jusqu’au 9 novembre, les éditions Tamyras lancent l’ouvrage The Beirut Book, le résultat de l’initiative du collectif Beirut Prints, d’après une idée originale de David Hury.   Tout…

Bonus bancaire: La BDL resserre les vis

Quelles sont les causes qui sous-tendent la promulgation par la Banque du Liban (BDL) de la circulaire portant le numéro 133 qui a suscité de nombreuses interrogations? S’agit-il simplement de recadrer les bonus et indemnités…

Entre hier et aujourd’hui. Les anciens commerçants de Hamra racontent

A Hamra, la multiculturelle, l’une des artères les plus prisées de l’âge d’or de la capitale dans les années 1960-70, de nouveaux cafés, restaurants, théâtres et boutiques deviennent peu à peu les nouveaux repères de…

Prorogation du Parlement. Les FL et les Kataëb s’abstiendraient

Saad Hariri a envoyé des signaux contradictoires sur le dossier présidentiel à ses alliés chrétiens auxquels il a demandé de garantir le vote de la prorogation du mandat du Parlement.   Le président du Parlement,…

Près d’ici - Next to here. Dix villes se dévoilent à Beyrouth

Jusqu’au 13 novembre, le Goethe-Institut présente, au Théâtre al-Madina à Hamra, Près d’ici, le travail de 18 photographes d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient. Des jeunes artistes qui ont choisi l’objectif pour s’exprimer sur l’évolution…

POLITIQUE

Réfugiés syriens. Une aide financière hypothétique

Réfugiés syriens. Une aide financière hypothétique

A Berlin, les participants de la conférence d’aide aux pays accueillant les réfugiés syriens ont accentué leur soutien verbal au Liban, dont la voix a été portée par le Premier…

les gens

Joumana Haddad. Eternelle rebelle

Joumana Haddad. Eternelle rebelle

Poète, écrivaine, traductrice, journaliste, activiste culturelle et sociale, Joumana Salloum Haddad a plus d’une corde à son arc. Polyglotte, elle parle sept langues et a déjà reçu plusieurs prix. En…

ACTUALITÉS

Conditions inhumaines. Les femmes dans l’Etat islamique

Conditions inhumaines. Les femmes dans l’Etat islamique

Certes, dans certains pays du Moyen-Orient, les femmes se sont empressées d’adhérer à ce qu’on a appelé le Printemps arabe. Pourtant, avec la montée en puissance de Daech, elles sont…

cinéma

Waynon - Void. Le drame des disparus

Waynon - Void. Le drame des disparus

Produit par la NDU (Notre-Dame University), et réalisé par sept de ses étudiants, Waynon est un film écrit par Georges Khabbaz et met à l’affiche un casting des plus prestigieux.…

 

Éditorial
Check-list libanaise

La séance parlementaire de l’élection d’un nouveau chef de l’Etat, mercredi, s’est achevée comme les treize autres qui l’ont précédée, sans quorum et, bien entendu, sans président. Cet exercice mérite d’être inscrit au folklore national, surtout que la majorité des députés, et avec eux une bonne partie de la population, sont désormais convaincus que l’élection d’un président de la République est tributaire non pas de la volonté des représentants du peuple, mais d’un deal entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Or, un éventuel accord entre ces deux pays ne semble pas à portée de main, à en croire l’ambassadeur à Beyrouth d’un grand pays de la région. Le diplomate constate que le dialogue entre Téhéran et Riyad est actuellement interrompu et bute sur un nœud inextricable d’intérêts divergents concernant une multitude de dossiers allant du Yémen à l’Irak, en passant par Bahreïn et la Syrie. Dans un tel contexte, il serait malencontreux que les Libanais lient le sort de la présidentielle à un hypothétique accord entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Cela ne signifie pas pour autant que le Liban est condamné à rester sans président jusqu’à ce que ces deux pays parviennent à dégager des dénominateurs communs. L’ambassadeur pense, en effet, que les Libanais peuvent retirer la question de la présidentielle de la check-list irano-saoudienne et s’entendre entre eux sur un candidat consensuel, accepté aussi bien par les acteurs locaux que leurs alliés régionaux. La «relibanisation» de la présidentielle est d’autant plus envisageable que Riyad et Téhéran, comme l’ensemble de la communauté internationale, continuent de déployer au-dessus du Liban un parapluie protecteur, pour empêcher la réédition au Pays du Cèdre des scénarios syrien, irakien, libyen ou yéménite. Le diplomate attribue la résilience dont fait preuve le Liban face à la tempête dévastatrice qui balaie la région à cette volonté internationale de le préserver, laquelle assure à l’Armée libanaise une couverture efficace et indispensable pour combattre avec fermeté la menace terroriste. Cela n’absout pas la classe politique libanaise de ses responsabilités, car ce fameux parapluie international a besoin de bras locaux pour être porté et maintenu en place. En dépit de cette protection internationale, des incidents similaires à ceux de Ersal et de Tripoli pourraient se reproduire dans les mois à venir. L’ambassadeur n’exclut pas, non plus, toute forme de «problèmes sécuritaires», comme des attentats ou des assassinats, mais la situation, bien que grave et délicate, devrait rester sous contrôle. Le diplomate est moins optimiste pour ce qui est des développements régionaux. En Syrie, dit-il, il n’y a aucune perspective de solution politique, surtout que l’organisation d’une conférence de Genève III n’est pas à l’ordre du jour dans les mois à venir. La Turquie continue d’œuvrer à un renversement du président Bachar el-Assad, qu’elle considère comme le principal obstacle au règlement de la crise dans son pays. Toutefois, la faiblesse de ladite «opposition modérée» et la montée en puissance des groupes jihadistes, comme l’Etat islamique, compliquent le tableau. La guerre devrait donc se poursuivre, avec autant de violence, et rien ne semble pouvoir stopper le processus de désintégration des Etats-nations, commencé en 2011. En Irak aussi la guerre sera longue, ce qui risque de raviver les antagonismes entre les principaux acteurs régionaux. Dans un tel contexte, les Libanais et leurs dirigeants sont appelés à faire preuve d’un sens aigu de la responsabilité. Il est temps qu’ils établissent leur propre check-list, destinée à aider leur pays à traverser cette étape trouble avec le moins de dégâts possibles.


 Paul Khalifeh
   
 
 
 
Bannière
 
 
Bannière
 
 
Bannière
 
 
Bannière