L'Hebdo Magazine Liban Actualité Politique Economie Reportage Confidences Lebanon News
Logo

Nº 3069 du vendredi 2 septembre 2016

Fête nationale du Brésil. 194 ans d’indépendance

Le Brésil célèbre son Indépendance chaque 7 septembre, depuis 1822. En 1807, le prince régent portugais s’installe à Rio de Janeiro et gouverne le Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves.En 1822, et dans…

Poutine a-t-il échappé à une tentative d’assassinat?

La limousine du président russe, Vladimir Poutine, a été gravement endommagée, mardi 6, lors d’un accident sur l’autoroute. Le chauffeur préféré du président, un homme de 40 ans d’expérience, a été tué sur le coup.…

Impasse politique totale. Le vide s’étend désormais au dialogue

Les participants au dialogue national, réunis lundi 5 septembre, à Aïn el-Tiné, se sont quittés sans s’entendre sur une nouvelle date. La rencontre a été caractérisée par de violentes altercations, notamment entre le ministre des…

Diaspora. Un site web pour récupérer la nationalité

En application de la loi relative au recouvrement de la nationalité libanaise, le ministère des Affaires étrangères et des Emigrés a lancé une campagne nationale à travers les représentations diplomatiques libanaises dans le monde, pour encourager…

Syrie. L’armée syrienne rétablit le blocus sur Alep-Est

L’armée syrienne et ses alliés ont repris, dimanche 4 septembre, les trois écoles militaires au sud-ouest d’Alep, ce qui lui a permis de rétablir le siège autour des quartiers est de la ville, contrôlés par…

Mère Teresa canonisée. Les pauvres ont une sainte

Dix-neuf ans après sa mort, Mère Teresa, la religieuse qui a passé sa vie au chevet des déshérités, a été canonisée, dimanche 4 septembre, par le pape François. En 2003 déjà, le pape Jean-Paul II…

Impasse politique totale. Le piège se referme sur les Libanais et leurs institutions

Y aura-t-il ou non une prochaine réunion du gouvernement, c’est désormais la grande question qui occupe les milieux politiques... et qui donne un indice de la faillite politique actuelle. Car il ne s’agit plus de…

Déchets dans la rue ou dans la mer. Le chantage du gouvernement

Un an après les premières manifestations contre la corruption étatique dans l’affaire des déchets, le plan de sortie de crise du gouvernement n’a pas tardé à montrer ses failles. Les poubelles s’accumulent de nouveau dans…

Aoun et la présidentielle. Entre les faux calculs et les promesses non tenues

Erreur de jugement, fausse information ou trompé encore une fois par le Courant du futur? Toujours est-il que le général Michel Aoun était quasiment certain de son élection à la présidence de la République dans…

Houmat al-diyar. Association ou nouvelle milice?

Il y a un an et demi, le gouvernement de Tammam Salam a octroyé une autorisation pour la création d’une association baptisée Houmat al-diyar autour de laquelle l’opinion publique libanaise est divisée. Il y a…

Cigares et République dominicaine. Un blend réputé

Quel est le premier producteur mondial du luxueux compagnon aussi bien du calme contemplatif que de la réunion amicale? Non, ce n’est pas Cuba, mais la République dominicaine avec 600 millions de cigares par an,…

Affaires. Les secteurs florissants au Liban

Le Liban est connu dans plusieurs domaines d’affaires. Il a été le point de mire régional à plus d’un niveau. Cependant, les années de guerre et l’ascension fulgurante de certains pays du Golfe ont limité…

Pas de solution avant fin 2016. Le dossier libanais tributaire de la région

Il ne faut rien attendre du dialogue du 5 septembre ni des réunions qui suivront. Les solutions ne dépendent pas d’une étroite vision partisane, mais d’un pari fait sur des changements régionaux. Dans les deux…

Rallye du Liban. Le Qatari Al-Attiyah défie les Féghali sur leur terre

Malgré l’embargo décidé par son pays, le Qatari Nasser Saleh Al-Attiyah viendra, une fois de plus, défier les Libanais, sur leur terre, à bord de sa Skoda Fabia R5, épaulé par quatre compatriotes qui auront…

José Van Dam. La voix, cet instrument sensible

Le 60e anniversaire du Festival international de Baalbeck s’est achevé, le dimanche 28 août, par une soirée musicale qui a laissé le public sur sa faim. Petite déception pour la soirée de clôture du 60e…

FESTIVAL

Sherine Abdel-Wahab. Le public sous le charme

Sherine Abdel-Wahab. Le public sous le charme

Avant-dernier concert du Festival international de Baalbeck, la chanteuse égyptienne Sherine Abdel-Wahab a envoûté son public, le vendredi 26 août. Durant plus de deux heures environ, Sherine Abdel-Wahab a emporté…

ACTUALITÉS

Syrie. Des progrès mais toujours pas d’accord

Syrie. Des progrès mais toujours pas d’accord

La Syrie est, une nouvelle fois, au cœur de l’actualité sur les fronts diplomatiques et militaires. Tandis que l’Américain John Kerry et son homologue russe, Sergueï Lavrov, tentaient de trouver…

Horizons

Amine Hachem, ténor. A la conquête de New York

Amine Hachem, ténor. A la conquête de New York

Ses rendez-vous avec le public new-yorkais se multiplient et se diversifient. D’année en année, de salle à une autre, l’artiste libanais, Amine Hachem, s’impose comme la personnalité qui monte. Retour…

cinéma

Le retour de Ben-Hur. Et la technologie s’empare du mythe

Le retour de Ben-Hur. Et la technologie s’empare du mythe

Les Libanais connaissent bien ce film qui marque les écrans télévisés chaque Pâques, Ben-Hur avec Charlton Heston. Le réalisateur Timur Bekmambetov signe une reprise avec Jack Huston et Toby Kebbell.…

Éditorial
Paris et illusions

Stratège hors pair et excellent équilibriste, le président du Parlement, Nabih Berry, a l’habitude de doser ses propos comme un peseur d’or: pas un mot de trop ni de moins, un ton réglé à la perfection et des idées bien distillées. Pourtant, le discours qu’il a prononcé, mercredi 31 août, à l’occasion de la commémoration de la disparition de l’imam Moussa Sadr, a donné lieu à diverses interprétations, qui ont semé la confusion au sein de la classe politique. Au lieu d’analyser et de discuter le contenu, les commentateurs se sont perdus en conjectures pour tenter de comprendre à qui les pointes et les piques, lancées par le chef du Législatif, étaient destinées. L’exercice était tellement délicat que les journaux ont présenté des explications contradictoires, et on a pu lire dans la presse, ce jeudi matin, la chose et son contraire.Nabih Berry a fustigé «les caprices politiques», a déploré le blocage des institutions et a proposé une entente sur la loi électorale et les contours du prochain gouvernement avant l’élection présidentielle. L’ancien Premier ministre, Fouad Siniora, n’a «pas eu l’impression» que l’allusion aux «caprices politiques» était adressée au Courant du futur mais a, en revanche, refusé tout arrangement en marge de la Constitution, insistant sur la nécessité de respecter le calendrier constitutionnel. En d’autres termes, l’entente sur la loi électorale et le prochain cabinet doit intervenir après la présidentielle. Le ministre du Courant patriotique libre (CPL), Elias Bou Saab, présent au meeting de Tyr, a de son côté estimé que M. Berry visait, dans ses propos, le Courant du futur qui «n’a pas encore pris la décision courageuse de contribuer à la résolution de la crise». Il y a cependant un autre son de cloche, au CPL. Des sources proches de Rabié ont déclaré que l’élection présidentielle doit primer sur toute autre question, et estimé qu’attendre un accord sur la loi électorale et la configuration du prochain cabinet, «bloquerait la présidentielle pendant des années et ouvrirait la voie à toutes sortes de revendications».Le président Berry, qui possède une parfaite maîtrise du verbe, a sans doute voulu rester flou, dans son dernier discours. Cela n’augure rien de bon. Il est sans doute conscient que les conditions ne sont pas encore réunies pour espérer un déblocage au Liban.Il n y a rien d’étonnant à cela. La situation n’a pas encore mûri pour procéder à une séparation du dossier libanais des autres crises de la région. Les acteurs régionaux – plus précisément l’Arabie saoudite –, pensent qu’ils peuvent encore compenser au Liban des pertes enregistrées ailleurs, ou, au contraire, qu’ils peuvent jeter du lest au pays du Cèdre pour obtenir des gains sur d’autres dossiers.Tant que le cas libanais n’est pas traité séparément, l’espoir d’un déblocage reste mince, sauf en cas d’accord global entre l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie, sous le parrainage de la Russie et des Etats-Unis, directement impliqués sur les champs de bataille. Un tel accord ne peut prendre forme que si on constate une stabilisation des rapports de force en Irak, en Syrie et au Yémen. C’est-à-dire, en d’autres termes, si les acteurs régionaux et internationaux parviennent à la conviction qu’ils ne peuvent pas augmenter leurs acquis militaires dans le but d’améliorer leurs positions aux négociations. Or, cela n’est absolument pas le cas aujourd’hui. L’Arabie saoudite, malmenée dans la région d’Alep, a ouvert le front de Hama, pour tenter de rééquilibrer le rapport de force; la Turquie, négligée par les Américains, a décidé d’intervenir directement dans le nord syrien; les Etats-Unis, bousculés par la Russie, ont investi dans la carte kurde; le régime syrien continue de penser qu’il peut reconquérir toute la Syrie… et ainsi de suite.Le temps des illusions et des paris des uns et des autres n’est pas encore terminé.


 Paul Khalifeh
   
Bannière
Bannière
Bannière

Santé

Les boissons énergisantes. Lien avec des complications cardiaques?
Il y aurait un lien entre les boissons contenant une grande quantité de caféine et les risques cardiovasculaires. Les contractions…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved