Magazine Le Mensuel Actualité Economique Politique et Lifestyle
Logo

Nº 3077 du vendredi 5 mai 2017

Frédéric Pichon, spécialiste du Proche-orient. La lutte autour de la Syrie va durer des années

Le chercheur français et spécialiste de la Syrie Frédéric Pichon revient sur les enjeux du conflit entré dans sa septième année, à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Syrie, une guerre pour rien…

Milagros Hernando. «La société libanaise est résiliente»

Au terme de sa mission de cinq ans, entamée en juillet 2012 en tant qu’ambassadrice d’Espagne au Liban, et à la veille de son départ définitif, Milagros Hernando a partagé avec Magazine ses impressions et…

Les boulangeries «à la française». En vogue à Beyrouth

Depuis moins d’un an, le concept des boulangeries de quartier à la française se développe en ville. Qui sont ces nouveaux acteurs qui souhaitent rompre le monopole des grandes franchises internationales? Comment se positionnent-ils? Les…

Comment financer son mariage

Le marché du mariage ne connaît pas la crise, du moins au Liban. On se marie certes un peu plus tard, mais l’envie de faire la fête demeure, afin de graver dans le marbre ce…

Zaven Kouyoumdjian. L’enfant terrible de la télévision

Animateur de show télévisé, producteur, Zaven Kouyoumdjian a fait ses débuts en tant que journaliste-reporter en 1992 à Télé-Liban. De 1999 à aujourd’hui, il a présenté plusieurs émissions sur la Future TV, dont le célèbre…

Comment professionnaliser le sport au Liban

En l’absence d’une stratégie bien définie, le sport au Liban ne pourra jamais suivre le rythme mondial tant que l’amateurisme reste de rigueur, sans aucune vision d’avenir, publique ou privée, qui puisse relancer une activité…

L’histoire de la région par les Jésuites. Un passé recomposé

C’est un véritable trésor qui est entreposé à la Bibliothèque Orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Près de 120 000 documents photographiques réalisés par des pères Jésuites entre la fin du XIXe siècle et 1960…

Go Home, de Jihane Chouaib. Histoire d’une Antigone libanaise

Projeté en clôture du Festival du film libanais 2016, Go Home, le premier long-métrage de Jihane Chouaib, mettant à l’affiche l’actrice iranienne, Golshifteh Farahani, sera bientôt sur nos grands écrans. Dès les premières minutes du…

Éditorial
Des pressions sur la livre

Dans son dernier rapport trimestriel sur le Liban, paru le 27 avril, la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme: le modèle économique libanais n’est plus viable et doit être remplacé par une formule capable d’assurer les besoins financiers et économiques du pays.Le rapport de l’institution internationale regorge de chiffres et d’indicateurs négatifs. Les plus alarmants sont le déficit de la balance commerciale, qui a atteint 15,7 milliards de dollars, fin 2016, et le volume des importations, qui ont grimpé à 26% du produit intérieur. Cela signifie que plus du quart de la richesse produite par les Libanais est utilisée pour importer des produits de l’étranger.Ces mauvaises prestations macroéconomiques s’accompagnent de mauvaises nouvelles pour les ménages: une hausse des prix de 3,13%, selon l’Association des consommateurs. Cette hausse, qui intervient alors que l'érosion du pouvoir d’achat se poursuit, serait due à deux facteurs: le débat parlementaire sur la grille des salaires dans le secteur public et la nouvelle batterie de taxes et d’impôts envisagée pour la financer. Le vote de la grille a finalement été reporté sine die mais les commerçants en ont profité pour majorer les prix de certains produits de consommation, comme les boissons alcoolisées, les produits de luxe et les cigarettes.Cette conjoncture, couplée à la crise politique larvée qui menace d’exploser à tout moment, s’est traduite par des pressions sur la livre libanaise. Selon des sources bancaires, la Banque du Liban (BDL) a dépensé entre 1,5 et2 milliards de dollars en deux mois pour intervenir sur le marché des changes afin de soutenir la monnaie nationale. Par conséquent, les réserves en devises de la BDL sont tombées sous la barre des 40 milliards de dollars.Les pressions sur la livre seraient dues au débat politique concernant la loi électorale, qui a montré combien le fossé était profond entre les forces politiques, et l’incertitude quant au renouvellement du mandat du gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé.       Pendant ce temps, la présence d’1,5 millions de réfugiés syriens continue de peser sur l’économie, en l’absence de toute aide internationale sérieuse, susceptible de réparer une partie des dégâts causés aux infrastructures.En parallèle, les milieux financiers s’attendent à un durcissement des législations américaines et internationales relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent sale et le financement du terrorisme. Cette transformation des lois internationales limite les capacités du secteur bancaire libanais et le prive de certains de ses atouts, principalement le secret bancaire, réduit à sa plus simple expression.Face à ces réalités inquiétantes, la classe politique continue de se chamailler autour de la loi électorale et d’autres sujets, alors que chaque jour qui passe, la BDL dépense entre 20 et 30 millions de dollars pour soutenir une livre dont plus personne ne veut.


 Paul Khalifeh
   
Bannière

LES CHIFFRES

La facture de la circulation: Un milliard de dollars par an
Une étude menée conjointement par les universités de Louisiane et de Harvard avec des entités libanaises a porté sur les répercussions du problème du trafic routier au Liban. Cette étude…

Bannière

Combien ça coûte

Tout savoir sur les taxes successorales au Liban
Calculer les droits de succession lors d’un héritage, comprendre la procédure de déclaration, les abattements et les barèmes à appliquer pour évaluer le montant de ces droits n’ont jamais été…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved